Atelier Thomas Serruys

"Quand je serai grand, je veux être un psychopathe", a déclaré un très jeune Thomas Serruys à une religieuse curieuse en préparation de sa première communion.

Bien sûr, il parlait de psychologue et même si sa vie a pris une toute autre direction que l'étude académique de la psyché humaine, ses paroles ont eu un certain retentissement. Comme le mental, l'acier doit être plié sous des formes auparavant inconnues pour atteindre la vraie perfection.

Ces formes et courbes peu orthodoxes doivent être alimentées par un fil afin que l'ensemble puisse devenir une structure rayonnante. Un coup de commutateur et voilà que la lumière est là. Mais il n'y a pas de repos le septième jour. Thomas s’est plongé dans l’éthique du travail de son atelier: le port d’Ostende. La brise de mer fraîche alimente le feu du four, le martèlement incessant se heurte au crissement des mouettes.

Une liaison plus intérieure a été établie en tant qu'artiste participant au projet Zaventem par Lionel Jadot. C'est là que Thomas présentera une série de lampes sculpturales.