Aporie

« Le réel n’a jamais intéressé personne, il est le lieu du désenchantement, le lieu d’un simulacre d’accumulation contre la mort. Ce qui parfois le rend fascinant, c’est la catastrophe imaginaire qu’il y a derrière. » Jean BAUDRILLARD

C’est une installation questionnement sur une équivoque vérité / ou mensonge relative à la fonction de l’objet miroir, et de notre propre reflet.
Instrument chimérique et trompeur, qui n’est séduisant et vertigineux pour les autres que parce que chacun est le premier à s’y abîmer.
Enfermant à l’abri de toute prise ce qu’il reflète avec indifférence, nous donnant à voir pour mieux dissimuler.
Voyeur, qui nous permet de regarder ce que le regard ne veut pas affronter directement.
La présence des pointes est à l’image d’un cheminement dangereux, pouvant déboucher sur autre chose, l’autre côté du miroir ?

Incitation à méditer à propos des périls inévitables des parcours de vie, de la vanité des apparences.