Le Crabe d'Or - Empreinte sur Terre Rouge

Le Crabe d’Or est né d’un désir de création avec et sur l’île de Madagascar. Sa culture, ses artisans, ses ressources et ses paysages sont des sujets de réflexion pour l’atelier. La capitale de Madagascar, Antananarivo — le village des mille — doit son nom aux milles soldats qui formaient la garde royale du royaume Merina. Aujourd’hui, le village est devenu ville et des milles guerriers reste un roc de pierre posé sur le site du Palais de la Reine. L’Homme qui pouvait le soulever devenait soldat. À Antananarivo, les collines et les scieries font parties du paysage. Cela va de pair avec le fort héritage artisanal — bois, fer, argile... — présent à Madagascar. Qu’il s’agisse d’objets singuliers, du quotidien ou d’architecture, les réalisations du Crabe d’Or découlent toujours d’une rencontre entre architectes et artisans, savoirs et savoir-faire. Quand l’un dessine, le second déchiffre puis fabrique. Le savoir-faire complète la pensée. Et inversement, cette dernière peut parfois se substituer au pouvoir de la main — ses trouvailles. En Malagasy, « volana » signifie à la fois « lune » et « mois ». Dans le langage, la notion de temps est associée à celle de l’environnement. Et pourtant, dans deux cents ans, face à la déforestation, la culture du tavy — brûler les forêts primaires pour en faire des rizières et du pâturage pour les zébus — l’île sera entièrement pelée. Le mythe de l’île de Pacques pèse sur l’île rouge. Nous travaillons également à la réalisation d’un projet d’aménagement du territoire dans les Hautes Terres de l’île afin de tenter d’introduire « un équilibre entre l’Homme, ses comportements et son environnement ».